décembre 9

Qui a besoin de lâcher-prise ? Portrait Robot (chapitre 10)

Print Friendly, PDF & Email
Partages

Après avoir vu comment faire taire le mental, revisiter ses émotions et comment se débarrasser de ses émotions négatives, je vous propose de découvrir quel est le profil des personnes ayant besoin tout particulièrement de lâcher-prise ?
Dans quelles circonstances ?
Bonne lecture !

Portrait-Robot

1°- Définition du profil type nécessitant de lâcher-prise

Lâcher-prise : Portrait robotLa caractéristique principale de la personne ayant besoin de lâcher-prise est son sens aigu du sacrifice. C’est une personne qui se donne beaucoup de mal dans un emploi qui ne l’enthousiasme pas plus que ça, ou au service de sa famille.

De plus, elle est sensible aux différents modèles de perfection qu’on lui propose : elle a un esprit « bon élève » qui veut toujours bien faire. Elle est consciencieuse, altruiste. C’est aussi un pivot sur lequel de nombreuses personnes comptent, engendrant beaucoup de responsabilités qu’elle ne saura pas déléguer par manque de confiance en elle-même et/ou en son entourage.

Elle a aussi une nette tendance à vivre dans le regret.

Peut être êtes vous aussi rongés par le regret, comme nombre de personne, des « si seulement » permettant d’échapper provisoirement à votre propre existence en idéalisant ce qui ne s’est jamais produit ou qui se passe dans la vie des autres ?

Cela peut concerner une histoire d’amour, le « job de votre vie« , « la maison de vos rêves » etc etc. Ces regrets vous empêchent de passer à l’action car le présent n’est jamais aussi bien que votre « regret ».

2°- Des situations courantes : vous êtes tous hélas concernés

Lâcher-prise : Portrait RobotIndépendamment des personnes qui ont tendance à facilement se sentir sous pression, il existe des situations de la vie courante, des éléments indépendants de votre volonté qui vous empêchent de cheminer sereinement dans la vie et de vous réaliser pleinement. Soit ils vous paralysent, soit ils vous épuisent, soit les 2 et dans tous les cas, c’est dans ces situations là qu’il faut lâcher-prise.

Comment les identifier ?

Rien de plus facile : ce sont toutes les situations qui d’abord vous dérangent en prenant par la suite une place démesurée dans votre esprit. Vous ne parvenez plus à les chasser de votre tête.

Lâcher-prise : Portrait RobotLes parasites permanents sont ceux qui vous obligent au rapport de force, monopolisent votre énergie et nécessitent un surinvestissement affectif qu’il serait tellement mieux d’utiliser ailleurs de manière positive !

En effet, au bout d’un certain temps, vous avez tendance à avoir une vision déformée de ces problèmes. Un soucis somme toute assez banal peut vite prendre des proportions démesurées, surtout si vous vous employez à lutter contre celui-ci en utilisant la force et non en utilisant la ruse pour essayer de le contourner ou de le résoudre..

 

3°- L’exemple typique des tâches ménagères

Lâcher-prise : portrait robotElles sont encore statistiquement l’apanage des femmes, même si certains hommes participent de plus en plus.

Elles peuvent facilement devenir une routine chronophage et épuisante dépassant de loin la nécessité de simplement nettoyer pour devenir une vraie obsession, amplifiées par le fait d’avoir la sensation d’être les seules à s’en occuper.

Selon un sondage Ipsos Mapa-Spontex datant de Février 2009, 50 % des femmes ont le sentiment d’en faire « beaucoup plus » que leur conjoint. Ce sentiment de responsabilité des femmes est prédominant, ce qui signifie qu’elles ressentent fortement cette charge même si elles ne souhaitent pas la subir.

Toujours selon ce sondage, les tâches ménagères sont une source de conflit au sein d’un couple sur 2.

Que peut-on en déduire ?

Simplement que dans le domaine de la vie domestique, les femmes s’obligent à une routine qu’elles ne vivent pas forcément bien et qu’elles sont en lutte avec leur conjoint pour qu’il participe enfin à ces tâches ménagères.

En résumé, les travaux domestiques sont à l’origine d’une forte pression que s’infligent un grand nombre de femmes, d’où une vraie nécessité pour elles de lâcher prise à ce sujet.

En résumé : 

  • Que sont les pensées parasites

    Ce sont les ennemis du lâcher-prise, les pensées contre lesquelles vous luttez quand vous ne lâchez pas prise.
    Par rapport au passé, ce sont les regrets qui vous empêchent de profiter pleinement du moment présent.
    Par rapport au présent, c’est souvent la colère ou la jalousie.Par rapport au futur, c’est le désir d’atteindre un objectif inaccessible.

  • D’où proviennent ces pensées parasites

    Ce sont des modèles de perfection que crée notre société (comme par exemple l’idée selon laquelle une femme accomplie doit être une bonne ménagère, une idée certes ancienne mais qui illustre bien le genre de pression assez absurde que chacun peut s’infliger.)
    Chaque personne y est plus ou moins sensible et est plus ou moins influencée par ces pensées parasites.Vous êtes tous concernés par le lâcher prise.Chacun de vous peut trouver comment rendre sa vie meilleure , plus sereine et plus agréable.

    Faire toujours mieux… En effet, vous avez tous de petits ou grands regrets, des sujets de colère ou d’angoisse récurrents, des obsessions, pas forcément importantes mais qui vous empêchent de vivre exactement comme vous l’entendez. 

Inspiré de : « Les dossiers de psycho et DP »

Comme vous avez pu le constater, nous avons tous besoin, à un moment ou à un autre de notre vie, de lâcher-prise. 
La semaine prochaine, dans le chapitre 11, vous découvrirez comment faire exactement pour enfin lâcher-prise.

A tout bientôt

Coeur-dialement

Valérie Madej


 

Partages
Rendez-vous sur Hellocoton !

Étiquettes :
quanta-la-vie Copyright © 2013. All rights reserved.

Ecrit 9 décembre 2014 par Valerie Madej dans la catégorie "Développement personnel", "Lâcher-prise

2 COMMENTS :

  1. By Bise on

    Très bien expliqué. En tant que femme je me retrouve complètement dans la définition et les états que vous découvrez.
    J’ai pas mal lâché, mais il en reste encore. Ce lâchage a eu pour conséquences un maison toute en bazard, beaucoup de poussière etc… Mais ce lâchage m’a permis aussi d’aller plus souvent au ciné par exemple. Les priorités se sont inversées : entre une corbeille de repassage et le film que je veux voir ou l’invitation à un thé avec copine ya plus photo, le plaisir d’abord. Mais il a fallu que j’arrive à la cinquantaine et un certain travail personnel pour arriver à lâcher sans culpabilité. Le processus peut parfois être long.

    Répondre
    1. By Valerie (Auteur) on

      Merci Margot pour ce partage !
      Effectivement, le processus et la prise de conscience peuvent prendre du temps, surtout avec la pression « sociale » qui a une furieuse tendance à déterminer ce « qu’il nous faut faire ou pas faire ».
      Bravo à vous d’y êtes arrivée !
      A bientôt
      Douce soirée à vous

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.