mars 7

La manipulation – Leçon 5 – Le principe de réciprocité

Print Friendly, PDF & Email
Partages

Dans le précédent article, nous avons vu que la frontière entre soumission, domination et manipulation est très mince, et que par conséquent, il est nécessaire de rester vigilants, sans pour autant devenir paranoïaque.

Cette semaine, je vous propose de parler d’un principe quasi « universel » : le principe de réciprocité, qui peut, malheureusement, être utilisé comme levier dans la manipulation malveillante.

L’UTILITÉ DU PRINCIPE DE RÉCIPROCITÉ : UN PRINCIPE UNIVERSEL

Le principe de réciprocité est lui aussi un des comportements automatiques que l’être humain a mis en place inconsciemment afin de pouvoir vivre en société de façon harmonieuse.
Comme vous l’article précédent, l’homme crée et transmet à sa progéniture certains automatismes : ainsi, tout le monde respectant les mêmes règles, la vie en communauté devient plus simple.

De plus, cela permet de ne pas avoir à analyser sans cesse son environnement, car réfléchir sur chaque stimulus ou sur chaque action aurait un coût énorme au niveau psychologique.

Le principe de réciprocité est donc une des bases de la vie en communauté.  Il s’articule autour d’un précepte très simple :

« si une personne nous fait grâce de quelque chose, il faut lui rendre en retour« 

Il peut s’agir de n’importe quelle transaction : mon voisin me rend service, je m’efforcerai de lui être utile le moment venu; je reçois une carte de vœux, j’en enverrai une en retour; un simple « bonjour » demande une réponse équivalente etc.

reciprociteEt ce n’est pas qu’une règle de politesse restreinte : ce principe a cours dans toutes les sociétés humaines et s’applique à tous les échanges. C’est même l’un des principes de cohérence de toute société. Nous agissons tous de cette manière et nous trouvons cela naturel.
La réciprocité encourage l’échange entre deux personnes, deux entités ou deux groupes de personnes. C’est un peu la loi du Talion en version positive : « œil pour œil, dent pour dent« .
Cette règle de réciprocité a été créé afin d’encourager les relations d’interdépendance entre les hommes, pour qu’ils partagent leurs ressources et leurs biens et qu’ils produisent ensemble plus et mieux que s’ils avaient produit séparément.

Cette règle se base sur la confiance en l’autre et sur sa capacité à s’engager dans une relation d’entraide mutuelle.

Quand je rend service à quelqu’un, j’en fais mon « obligé » et le terme n’est pas anodin. Il se sent véritablement contraint de me rendre la pareille. La possibilité d’accepter quelque chose sans rien faire en retour n’est pas envisageable.
De ce fait, on préfère refuser un avantage, même présenté sans aucun engagement, que risquer d’être redevable à un moment donné à quelqu’un sans pouvoir honorer sa dette.

LA FORCE DE CE PRINCIPE DE RÉCIPROCITÉ

Cette règle de réciprocité est tellement ancrée en chacun de nous qu’il est très difficile de s’en affranchir.
D’abord, au niveau interne, la réciprocité provoque chez nous un sentiment d’obligation assez désagréable, en devenant les « obligés » de quelqu’un qui nous a rendu service.
Ce sentiment nous contraint, bon an mal an, à nous acquitter de notre dette. Il n’est jamais confortable de se sentir redevable envers quelqu’un, même et surtout si on ne l’aime pas particulièrement.

La pression peut être plus ou moins forte selon votre propension personnelle à toujours rendre la pareille aux gens qui vous ont aidés.
Il est évident que certaines personnes sont plus enclines à fonctionner de cette façon que d’autres.

Ensuite, la force de ce principe vient du fait qu’il est quasiment impossible de refuser un cadeau, un service ou un avantage, comme il est quasiment impossible de ne pas le rendre : « cela ne se fait pas ».

noel.les-cadeaux-empoisonnes-en-un-rayonCombien d’entre vous ont déjà accepté un cadeau venant d’une vieille tante, le sourire crispé et avec déjà dans la tête : « Mon Dieu, qu’est-ce que je vais en faire ?« 
La pression sociale peut être plus ou moins forte est telle qu’il est très difficile de refuser ces « cadeaux empoisonnés ». C’est la même pression sociale qui vous oblige ensuite à offrir en échange un autre cadeau, même si entre-temps vous avez revendu sur eBay les napperons en dentelle gracieusement offert !
La société, en effet, ne pardonne pas ceux qui n’honorent pas leurs dettes : elle les traite de parias, de profiteurs, d’ingrats, voire de traîtres….

UN OUTIL DE MANIPULATION

On peut se soustraire à ce principe quand il est évident. Par contre, il est également possible de créer des dettes.

Prenons un exemple : si votre fille est adorable, qu’elle s’active à toutes sortes de tâches ménagères dans votre maison sans que vous ne lui demandiez jamais rien, qu’elle est serviable et obéissante, vous vous sentirez obligé d’accepter le service qu’elle vous demandera à un moment donné, quand elle voudra sortir en discothèque avec ses copines. En effet, comment lui refuser alors qu’elle a fait autant de choses pour vous, qu’elle est irréprochable ?
vente en reunionVous vous dites qu’elle mérite bien cette distraction, après toute l’aide qu’elle vous a apportée.
Sa façon de procéder vous met devant le fait accompli, vous êtes comme piégé, car elle a fait toutes ces choses d’elle-même et crée ainsi une sorte de dette.
Le « don » n’a pas à être seulement matériel, il peut tout simplement s’agir de temps.

C’est sur ce principe que reposent la plupart des ventes en réunion : le vendeur donne de son temps, de son énergie, de son enthousiasme, pour présenter ses produits et les gens se sentent « obligés » de lui acheter au moins « un petit quelque chose » en contre partie du temps qu’il leur a consacré et du mal qu’il s’est donné pour transporter son matériel, faire sa présentation, répondre aux questions etc….

LES FAILLES DU SYSTÈME : Quand on se sent obligé d’accepter…

Evidemment, comme tout comportement automatique, celui-ci fonctionne dans 90 % des cas, ce qui laisse 10 % de marge de manœuvre pour les manipulateurs de tout poil.

Car il y a plusieurs façons d’exploiter ce principe à des fins de manipulation.
Il est facile de manipuler autrui avec ce principe car finalement, les règles sociales sont du côté du manipulateur. Avec un peu de persévérance, il est possible d’amener les autres à faire ce que vous souhaitez, parfois en les inondant d’attentions ou de cadeaux…. car il est difficile de les refuser sans provoquer un conflit.
C’est ce qu’on appelle communément une dette forcée.

2 façons de procéder pour cela.

BulletBlue3QUAND LE SERVICE DEMANDE EN ECHANGE EST PLUS COÛTEUX QUE LE SERVICE RENDU AU DÉPART

paquet-cadeau-geant-boiteEn effet, il est facile pour quelqu’un de rendre un service à autrui pour provoquer ce sentiment d’obligation inhérent au principe de réciprocité.
Car ce sentiment peut se révéler tellement inconfortable que la personne débitrice peut alors accepter de rendre un service beaucoup plus coûteux pour s’en acquitter.

BulletBlue3TECHNIQUE DE LA PORTE AU NEZ

La technique dite de la porte au nez repose aussi sur ce principe de réciprocité.
En voici le fonctionnement : je demande quelque chose à une personne, quelque chose qui, je le sais, est beaucoup trop coûteux (en argent, en temps, en énergie, en volonté etc) pour qu’elle puisse accepter, bien qu’elle soit d’accord sur le principe de m’aider.
Bien entendu, elle refuse.
A ce moment, je peux demander ce que je veux réellement, c’est à dire une chose qui n’aurait pas été acceptée de prime abord, mais parce que je l’amène juste après son premier refus, ma requête va obtenir un bien meilleur accueil.

Pourquoi cela fonctionne-t-il ?

auto-entrepreneurGrâce au principe de réciprocité : j’ai fait une concession en diminuant mes exigences, mon interlocuteur se sent comme obligé d’en faire une aussi en accédant à ma seconde demande.

Ici, on joue sur le sentiment de culpabilité de notre interlocuteur : on sait qu’il est plein de bonne volonté, qu’il a réellement envie de nous faire plaisir et de nous aider.
Et puisqu’il a refusé notre première demande, il est prêt à tout accepter pour se rattraper.

Pour que cette technique fonctionne, il faut bien savoir gérer les deux propositions qui sont soumises.

A SAVOIR : RÉCIPROCITÉ, RELIGION ET MORALE

Du statut de règle universelle permettant simplement la vie en communauté, le principe de réciprocité est devenue une loi morale et éthique. On pourrait presque dire que ce principe est la base de ce que l’on appelle maintenant les droits de l’homme, de par son côté universel.
La réciprocité entraîne, de par sa nature même, des idées d’équité, de compassion, de justice. Elle s’exprime aussi via l’empathie : car il faut parfois se mettre à la place de l’autre pour ne pas le traiter comme nous ne voudrions pas être traités à sa place….

Ce principe de réciprocité est tellement ancré dans nos civilisations que la plupart des grandes religions ont repris ce thème dans leurs lois et préceptes, ce qui leur a donné d’autant plus de force.

3 RELIGIONSAinsi la réciprocité apparaît comme une loi fondamentale dans les trois religions monothéistes importantes en Occident : le christianisme, l’islam et le judaïsme.
Elle apparaît dans la Torah et dans la Bible dans des phrases comme : « tu aimeras ton prochain comme toi-même ».
Mahomet lui-même disait : « Aucun d’entre vous ne croit vraiment tant qu’il n’aime pas pour son frère ce qu’il aime pour lui-même »

Même les religions orientales, comme le confucianisme, l’hindouisme et le bouddhisme, exaltent cette valeur d’échange, d’entraide et d’empathie, bref, de toléranceTolérance qui est parfois malheureusement restée de pure forme….

En Bref :

Le principe de réciprocité : un fondement de notre vie sociale

Chaque  jour, vous respectez cette loi, afin de vivre harmonieusement avec les autres. La réciprocité implique confiance, respect et entraide, concepts sans lesquels nos sociétés n’auraient pu voir le jour. Elle peut s’exprimer en une phrase « il faut s’efforcer de payer en retour les avantages reçus d’autrui » et s’applique dans toutes les relations que vous avez avec autrui.

Une obligation

Cela ne se réduit pas seulement à de la politesse. C’est un fondement de la vie en société sans lequel nous ne pourrions vivre ensemble. Quand quelqu’un fait quelque chose pour vous, on veut faire quelque chose en pour lui en retour.
C’est ressenti comme une obligation.
C’est pourquoi il peut vous arriver de refuser de l’aide, pour ne pas vous sentir redevable.

Il est difficile de s’affranchir de ce principe

En effet, les pressions internes (psychologiques) et externes (sociales) sont très fortes, afin que tout le monde respecte cette règle, qui est devenue au fil du temps un principe moral. Il est donc difficile de refuser un avantage, un cadeau ou un service, et plus encore, de ne pas rendre la pareille….

Créer des dettes

Il est bien plus facile de refuser un avantage que de ne pas s’acquitter de la dette naturelle qui en découle. Des dettes peuvent être créées sans que les personnes s’en aperçoivent : vous pouvez leur rendre service à leur insu, leur offrir un cadeau…. Le don n’est pas forcément matériel. Il peut aussi être plus abstrait comme du temps, de l’attention etc….

Un manipulateur peut l’utiliser à ses fins personnelles

Quoi de plus facile, en effet, de rendre l’autre débiteur en lui rendant un service qu’il n’a peut-être jamais demandé, à seule fin de pouvoir, au moment opportun, lui demander une aide qu’il lui sera très difficile de refuser…. Mais le coût de ce service est finalement bien supérieur au service initial
La peur du conflit est, dans cette situation, bien utile au manipulateur malsain.

La porte au nez

La technique de manipulation de la porte au nez, repose essentiellement sur ce principe de réciprocité.
On fait une demande coûteuse à quelqu’un en sachant qu’il ne pourra que refuser. Il se sent coupable et est donc prêt à accepter la seconde demande, qui est celle qu’on veut concrètement obtenir.
Chacun a eu l’impression de faire un effort pour l’autre.
Ici, c’est le sentiment de culpabilité qui va servir de levier au manipulateur.

Dans le prochain article, je vous parlerai de la relation entre l‘estime de soi, l’influence et la manipulation.

Pour en savoir plus sur le sujet, je vous recommande cet article « Tous manipulateurs ? »,  « Comment reconnaître un manipulateur dans le couple », de Marie Andersen, ainsi que ses ouvrages traitant du sujet. Vous avez aussi le livre « abus de faiblesse et manipulation » de Marie-France Hirigoyen disponible en format de poche entre autres car il y a de nombreux ouvrages traitant du sujet.

Bonne lecture et à la semaine prochaine 🙂

 

Valérie Madej


 

Partages
Rendez-vous sur Hellocoton !

Étiquettes : ,
quanta-la-vie Copyright © 2013. All rights reserved.

Ecrit 7 mars 2014 par Valerie Madej dans la catégorie "Développement personnel", "MANIPULATION

6 COMMENTS :

  1. By Sylvie on

    Bonjour! et merci pour cet article éclairant. Je viens de comprendre pourquoi tant de gens me regardent comme une extra terrestre: je suis du genre à vouloir aider les autres, tout le temps!Que ce soit en leur accordant une simple écoute ou en essayant de rendre un service dans mes cordes. j’ai remarqué que la plupart du temps, on refuse mon aide (garder un bébé gracieusement pour soulager la maman qui est ma voisine, donner quelques cours de soutien au fils d’une copine alors que je suis institutrice, déposer une voisine dont la voiture est en panne, conseiller une autre dont le chien pose des problèmes alors que j’ai une formation canine…), ou alors, certains acceptent mais ensuite me rejettent! J’ai un jour fait le choix sciemment de venir en aide à mon prochain parce qu’effectivement il y a ce fameux principe qui nous permet de vivre mieux; par contre, je n’ai pas mis derrière l’obligation de me rendre le service et je n’attends pas cela de la personne. Je m’inspire du film « donnez au suivant »: on reçoit de l’aide de quelqu’un et en échange, on aide d’autres personnes ( qui à leur tour vont en aider beaucoup d’autres, ce qui crée une chaîne d’entraide.) C’est ainsi que pour ma part, j’accepte l’aide des gens sans scrupule parce que je sais que je donne aussi beaucoup de mon côté -mais la plupart du temps à d’autres. Cela devient non plus un devoir mais une façon de vivre. On a tous besoin les uns des autres, c’est indéniable mais c’est vrai que se voir forcer la main est insupportable; il est si agréable de choisir à qui on a envie de rendre un service! A bientôt!

    Répondre
    1. By Valerie (Auteur) on

      Merci Sylvie pour ce beau témoignage ! Effectivement, j’ai aussi le même avis. Quand je « donne » quelque chose à quelqu’un, que ça soit du temps,un conseil, une main tendue etc etc… je n’attend rien de cette personne en retour car je sais que tout circule, qu’aider est une énergie et que cette énergie reviendra d’une manière ou d’une autre puisqu’ici le plus plus important n’est pas le geste, mais le rayonnement de l’intention mise dans ce geste ! Je suis sûre que de plus en plus de personnes vont s’ouvrir aussi à cette possibilité, de pouvoir recevoir ou donner sans pour autant se sentir « obligé » de faire quoique ce soit en retour ! A bientôt

      Répondre
  2. By Emmanuelle on

    Quelle belle idée dans vos commentaires que tout circule et permet en quelque sorte le rayonnement de l’intention ! J’ai le sentiment que ce type de manipulation est assez répandue en effet et j’avoue m’y laisser pendre souvent, car la gentillesse de la personne me touche. Je mets ensuite du temps à réaliser que ce n’était qu’une stratégie pour me demander davantage en retour.
    Heureusement, tout le monde n’est pas comme cela et développer l’idée que lorsque l’on donne, on permet à la personne d’être mieux, donc de donner à son tour est nettement plus séduisante 🙂

    Répondre
    1. By Valerie (Auteur) on

      Merci Emmanuelle ! Effectivement, ce genre de manipulation n’est pas non plus courante…. ou malsaine. Ceci dit, je suis comme vous, je préfère partir du principe que donner permet de se sentir mieux nous-même ainsi que la personne qui reçoit…. c’est drôlement plus sympa 🙂

      Répondre
  3. By Judith on

    Je suis décidémment prise dans le piège de réciprocité…ma mère ma légué sa maison de son vivant en conservant l’usu-fruit (elle peut-y -vivre jusqu’à ce qu’elle décède ou décide de la quitter. Mais voila suite à une tribulation je me suis retrouvé a vivre en dessous dans le sous sol. Pour m’éviter d’être à la rue comme du côté légal la maison est a moi elle ne pouvait pas vraiment m’empêcher d’y vivre. Sauf que comme je ne fais que lui donner de l’argent pour l’entretien qui est une somme minime. Elle exige de moi que je m’occupe du terrain extérieur, en générale je le fais sans problème sauf que quand je lui mentionne que je n’ai pas le goût et qu’elle aussi elle pourrait le faire, cela engendre des situations très complexe. La dernière fois que j’ai fait de l’opposition passive pour ne pas a avoir a pelleter la dernière neige ( j’ai déneiger durant toute l’hiver ) Elle ma menacée de renoncer a accueillir ma visite qui arrivait avant mon retour et elle ma répondue qu’ils n’avait qu’à attendre dans l’auto mon arrivé qu’elle n’avait pas le goût d’être gentille à cause de mon attitude (j’avoue je l’ai comme envoyer sur les roses ) et que c’était du donnant donnant. Donc voila à chaque fois que je m’oppose a une demande sa dérape, j’ai droit à des menaces. Car elle dit que c’est le seul moyen de me faire bouger.

    Répondre
    1. By Valerie on

      Bonjour Judith

      Il est vrai que vous semblez être rentré dans une forme de cercle vicieux, mais sincèrement, je ne crois pas que ça soit de la manipulation de la part de votre mère…. je pense plus à des malentendus.
      Avez-vous essayé de vous parler posément, en dehors de tout conflit ?
      Pour le moment, vous semblez communiquer toutes les 2 sur le mode de l’affrontement, peut-être que en y mettant les formes de part de d’autre, cela pourrait s’arranger ?
      Peut être que les jours où vous n’avez pas le goût de faire quelque chose, vous pourriez simplement lui dire « voilà, maintenant je suis fatiguée, si tu veux je le ferai mais plus tard, parce que pour le moment, je ne me sens pas bien. Est-ce que ça te vas comme ça ? »
      Et puis essayez d’avoir une discussion de fond posée sur la répartition des charges de la maison…. peut-être a t elle besoin d’aide et qu’elle ne sait pas vous le demander ?

      J’espère que ces quelques conseils vous auront aidé.
      Merci pour votre confiance
      Coeurdialement
      Valérie

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.