juillet 6

Lâcher prise ou comment faire taire le mental (Chapitre 7)

Print Friendly, PDF & Email
Partages

Dans le précédent article, nous avons vu ce que lâcher prise dans son corps signifiait.

Maintenant, nous allons aborder le thème du mental…  vous savez ? cette petite voix bien pipelette qui ne cesse de vous  murmurer des conseils ou des constats à longueur de temps.

Ouiii….. Ce fameux mental qui n’arrête pas de parler dans notre tête…… mais alors ? …. Comment faire pour le faire taire ?

Voici quelques pistes :

1°- Observez vos pensées

Vous entendez tous en permanence une ou plusieurs petites voix dans votre tête ? Non ! vous n’êtes pas fou !
C’est la pensée qui agit de cette manière.

Ces dialogues sans fin, qui ont lieu sans vraiment que vous en ayez conscience, peuvent vous fatiguer, vous encombrer ou vous stresser….. parfois même vous empêcher de vous endormir.

Ils ne vous laissent jamais en paix.

Pour en venir à bout, il faudra en prendre conscience et la façon la plus facile pour faire cela est de les observer posément, sans émettre aucun jugement, simplement en constatant leur présence.

Ces pensées sont venues sans prévenir, sans se présenter, sans aucune autorisation à entrer dans votre tête.

En les observant, vous prendrez conscience du peu d’intérêt que vous avez à les conserver.

2°- Repérez vos pensées

Vous pouvez observer ces pensées qui vous hantent et essayer de comprendre pourquoi et comment elles sont venues.
A quoi font elles référence ?

S’agit il d’un discours déjà entendu et qui vous met mal à l’aise ?
Ont elles pour origine d’anciennes souffrances ?

En prendre pleinement conscience vous donne le pouvoir de vous en libérer car vous réaliserez qu’elles ne sont plus appropriées à la situation que vous vivez actuellement.

Il peut aussi être question de conflits non résolus que vous devez pouvoir cerner entièrement pour pouvoir enfin vous en détacher, grâce à un travail sur vous.

Lorsque vous comprenez pourquoi une pensée est entrée, vous pouvez la faire sortir définitivement.

3°- Entrainez vous à rester vigilants 

Prendre conscience de vos pensées nécessite une certaine vigilance de votre part.
Même si les débuts peuvent vous paraître difficiles, avec de la pratique il vous sera plus aisé de repérer les pensées bien avant qu’elles ne deviennent nuisibles et destructrices pour vous.

4°- Interrompez le flot des pensées

Si vous observez de façon régulière ce qui se passe dans votre tête, vous pourrez vous défaire assez vite de vos pensées, à défaut de quoi vous risquez d’être totalement submergé par elles.

Pour cela, le plus simple est de vous arrêter, de respirer profondément et de vous observer (rythme de la respiration, sensation dans le corps, perception de votre environnement etc).
Une fois le calme intérieur revenu, il est alors plus facile de les faire disparaître une fois pour toute.

 5°- Le moment présent

 Une solution pour faire taire les pensées est de vérifier si elles font référence à votre passé ou à votre futur.

  • Si elles vous rappellent un événement ou une situation achevés, cela signifie qu’elles sont dépassées, donc qu’elles n’ont plus lieu d’être.
  • Si elles vous projettent dans l’avenir, cela signifie qu’elles ne sont donc pas réelles et qu’elles sont donc le fruit de votre imagination, une expression de vos peurs.

La vie se déroule ici et maintenant, c’est à dire à l’instant présent et c’est le « ici et maintenant » le seul moment qui vous permet de vivre et d’être pleinement.

 6°- La pensée imagine la vie

Le mental vous joue bien souvent des tours : il va imaginer toutes les possibilités pour ne retenir que les scénarios catastrophes,  provoquant ainsi de l’inquiétude.
Il vous faut prendre conscience que cette projection dans le futur n’existe pas, qu’il s’agit d’une pure supposition, que cela n’est pas concret.

Ce que votre mental envisage n’a aucune consistance.

Il ne sait pas comment l’avenir va se dérouler, il ne faut donc surtout pas le croire et vous recentrer sur vos objectifs.

7°- Un état d’unité

En faisant taire votre mental, vous accédez à votre être véritable.

Vous pouvez sentir votre propre présence, vous permettant ainsi de voir que les pensées vous sont extérieures, qu’elles apparaissent et disparaissent à l’image du va et vient des vagues de l’océan.
Elles sont donc impermanentes.

Même si au début, le silence intérieur est de courte durée, vous pourrez reconnaître votre propre intériorité.

Il s’agit d’un état d’unité avec votre Etre, qui vous fait vous sentir entièrement présent.

En résumé : 

  • Le mental est un instrument 

    Il ne faut pas non plus bannir tout ce que le mental produit. C’est un instrument fort utile qui vous permet de calculer, d’organiser, de lire, de réfléchir.
    Mais il faut qu’il reste à sa place d’outil et ne vienne pas empiéter sur votre vie.
    Prenez le comme tel et faites le taire lorsque il sort de son rôle d’instrument.

  • Les rouages du mental

    Pour éliminer les souffrances, regardez comment le mental procède : il juge, étiquette et rend malheureux ou inquiet.
    Détachez vous en l’observant.
    C’est ainsi que vous pourrez comprendre son fonctionnement.

  • La pensée découpe la vie

    Ne vous identifiez pas à votre pensée, elle n’est pas vous.
    Elle réduit votre vie à des épisodes passés ou à venir.
    Elle fragmente la réalité.
    Vous êtes bien plus qu’une pensée.

  • Faites taire le mental dès maintenant

    Vous pouvez vous libérez du mental dès à présent.
    Il vous suffit d’entendre ce que vous dit cette petite voix intérieure.
    Elle est facile à repérer car le plus souvent ce qu’elle vous dit vous met mal à l’aise.
    Vous devez vous positionner en tant que témoin de cette voix.
    En la regardant, elle va perdre instantanément son pouvoir et se dissoudre.

  • Vivez l’instant présent

    Le moyen le plus sûr pour faire taire votre mental est d’adopter le moment présent.
    Profitez de l’instant présent.
    Soyez ici et maintenant.
    En agissant ainsi vous créez un vide mental, vous ne pensez plus, vous êtes.
    C’est une posture difficile à tenir car la pensée veut toujours revenir.
    Mais vous pouvez le faire plusieurs fois par jour afin de vous sentir en paix.
     

Source : « Les dossiers de psycho et DP »

 

Dans le prochain article, je vous parlerai de revisiter vos émotions.

Douce journée à vous !

Coeur-dialement

Valérie Madej


 

Partages
Rendez-vous sur Hellocoton !

Étiquettes : ,
quanta-la-vie Copyright © 2013. All rights reserved.

Ecrit 6 juillet 2014 par Valerie Madej dans la catégorie "Développement personnel", "Lâcher-prise

6 COMMENTS :

  1. By egyptgirl on

    Merci pour ces précieux conseils, cela va beaucoup m’aider je pense.

    Répondre
  2. By Fabienne on

    J’aime beaucoup cet article et je viens de le partager avec une amie. C’est simple, clair et concis. Je pratique cela depuis quelques années et je constate qu’à chaque fois que j’en sors en me laissant entraînée dans le flot des émotions, je suis déséquilibrée, hors de ma paix intérieure.

    Répondre
    1. By Valerie on

      Bonjour Fabienne et merci pour ce partage.
      Effectivement, le flot des émotions agit dans notre esprit comme un tourbillon dans une rivière : ça englouti tout. L’idéal est d’accueillir vos émotions et de les laisser filer. Si vous luttez contre, cela revient à mettre un barrage sur une rivière… quand cela déborde, et que le barrage cède, les émotions envahissent tout et surtout bouleversent tout. Si vous les acceptez, et les laissez filer les unes après les autres, sans rester figer dessus, votre Paix intérieure n’en sera jamais perturbée et votre intuition aura la place de se développer davantage.
      A tout bientôt et Bravo vous pour le travail que vous faites sur vous 🙂

      Répondre
  3. By Thierry GM on

    Il est très explicite cet article d’autant plus lorsqu’on expérimente par soi même. Pour ma part je pense qu’il s’agit d’un travail de longue haleine mais le tout étant de le vouloir au plus profond de soi. C’est au travers de la souffrance répétée que je me suis infligé de par mes choix et leurs conséquences (là encore faut il en être conscient) que j’ai entrepris mon introspection, ce qui me permet après de nombreuses chutes d’entrevoir ce qu’est mon mental et comment je tombe facilement dans les méandres de mes pensées ou à quel moment je choisis ma voie par le coeur ou par le mental. J’ai encore beaucoup de chemin à faire mais en gardant espoir et foi en moi, je sens les écailles de ma vie devenues inutiles et entretenues par mes pensées se défaire une à une. Je me sens alors sur la bonne voie d’autant que mes colères s’amenuisent alors que la sensation de gratitude s’amplifie. C’est un pas à la fois…

    Répondre
    1. By Valerie on

      Bonsoir Thierry
      Oui vous avez raison, il faut laisser au temps le temps de mettre en palace tout ce que vous avez appris et mis en place.
      Et un pas à la fois, vous arriverez à vous sentir de plus en plus serein et en paix avec vous-même et avec les autres.
      Bravo à vous pour ce travail !

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.