août 1

Ce qui arrive à vos cellules lorsque vous êtes heureux

Print Friendly, PDF & Email
Partages

Le plus souvent, vous trouvez des articles sur les méfaits du stress etc sur votre corps.
Et bien pour une fois, je vous propose un article qui traite du bonheur.
Dans ce dernier, vous trouverez expliqués en détail les bienfaits que le bonheur apporte à votre corps,  que ça soit au niveau physique, biochimique que physiologique.
Cet article étant très long, j’ai donc choisi de le diviser en 3 parties.

Préambule « spécial »

Je vous demande toute votre indulgence pour les lourdeurs grammaticales éventuelles ainsi que pour les quelques fautes d’orthographe (on m’en a « gentiment » fait la remarque par email….).
Il n’est pas facile de traduire des articles de ce style.
Je le fais, bien que ça ne soit pas du tout, ni ma formation, ni mon métier, simplement pour le plaisir de partager avec vous des documents que j’ai la chance de pouvoir lire et comprendre.
Bonne lecture !

Article tiré du PreventDisease, et écrit par le Docteur Marianna Pochelli-
Traduit de l’américain par moi-même

Trop recherches ont été consacrées à la science du stress, à la dépression et leur connexion avec la maladie et pas assez à la biologie de la joie

Si un plus grand accent avait été mis sur la raison pour laquelle nous n’allons pas voir les médecins lorsque nous nous sentons optimiste, heureux, et joyeux, il y aurait moins de valeur et d’importance accordées aux états émotionnels qui génèrent par pure « coïncidence » plus d’argent grâce à la fabrication de médicaments.
Il existe de nombreuses façons d’expérimenter le plaisir dans notre cerveau et le bonheur pourrait être « L’émotion » qui prévient et renverse la cascade d’événements cellulaires qui conduisent à la maladie. 

Le bonheur artificiel 

Beaucoup de gens deviennent accro à des substances chimiquesl’alcool, la cocaïne, les amphétamines, l’héroïne, et la nicotine.

Pourquoi font-ils cela, et pourquoi ne sont-ils pas heureux ?

C’est parce que le cerveau a une variété de systèmes chimiques qui régissent ses activités électriques de veille et de sommeil, et les drogues addictives stimulent artificiellement ces systèmes, mais les sentiments, eux, ne sont pas ceux de la joie. 

Par exemple, un produit chimique appelé «dopamine» est largement répandue à travers le cerveau par des cellules nerveuses spécialisées, quand une personne obtient une sorte de récompense, comme en satisfaisant la faim et la soif, en gagnant un jeu, ou en réussissant un examen.
La dopamine est souvent appelée «l’hormone de la récompense».
Ses actions chimiques sont produites également par des composés très proches, tels que les amphétamines et la cocaïne.
Ils donnent des bouffées d’optimisme, d’énergie, de puissance et de connaissance.

Ce même produit chimique lié à la toxicomanie peut également contribuer à l’obésité, c’est ce que des chercheurs ont pu prouver. 

Il n’est pas surprenant que les gens qui n’ont pas d’autres sources de succès, vivant dans la pauvreté et le désespoir, aillent dépenser leur argent destiné à l’achat de leur nourriture pour un certain bonheur chimique transitoire.
Mais ce n’est pas le bonheur. 
Les personnes qui sont emplies de réussite scolaire ou professionnelle, et qui en ressentent de l’exaltation, ne confondent pas ce sentiment avec le bonheur. 

D’autres produits chimiques appelés «endorphines» agissent dans le cerveau comme des analgésiques naturels.
Leur action est imitée par l’héroïne et la morphine, aussi que par l’alcool.
Encore une fois, il n’est pas étonnant que les gens qui souffrent de douleurs émotionnelles tel que le regret, la honte, la culpabilité et/ou le désespoir peuvent trouver du soulagement à leurs démons dans l’oubli.
Mais ce n’est pas le bonheur. 

Pourtant, un autre produit chimique appelé «sérotonine» est important pour la relaxation mentale qui est une condition importante pour réussir à s’endormir.
Nous ne connaissons pas encore vraiment le rôle du sommeil, mais nous savons que nous ne pouvons pas survivre sans lui.
Le soulagement de l’agitation et de l’anxiété qui est obtenue grâce à la sérotonine conduit également à la récupération de certaines formes de dépression.
C’est pourquoi le Fluoxitine chimique (le Prozac) est devenu si populaire.
Il n’agit pas comme la sérotonine, mais il prolonge l’action du peu de sérotonine produit par le cerveau, si il est en pénurie.
Mais le retour à la tranquillité après avoir ressenti de l’anxiété et de la dépression n’est pas la même chose que le bonheur

Alors, existe-t-il un produit chimique pour la joie? 

Les scientifiques commencent à comprendre qu’il s’agit là d’une bien mauvaise question.
Il n’y a pas de produits chimiques, et le simple fait de poser la question c’est exposer une profonde ignorance sur la façon dont le cerveau – et les personnestravaillent effectivement .

Le bonheur est directement liée à notre santé 

Dr Derek Cox, directeur de la santé publique à Dumfries et Galloway NHS, suspecte que pendant des décennies les professionnels de la santé n’ont pas remarqué la grande « illusion » concernant l’amélioration de la santé publique

« Nous avons passé des années à dire que l’arrêt du tabac pourrait être la chose la plus importante que nous puissions faire pour la santé publique.
Et pourtant il y a des preuves croissantes que le bonheur pourrait être au minimum une puissante variable, si ce n’est une bien plus puissante variable que les autres facteurs de mode de vie, qui sont évoqués quand on parle de tabagisme, comme le régime alimentaire, l’activité physique et ce genre de choses « . 

La science du bonheur suggère de plus en plus la présence d’un lien entre le bonheur et la santé

Andrew Steptoe, professeur à la British Heart Foundation de psychologie de l’University College de Londres, a constaté que les gens heureux ont aussi une plus grande protection contre des choses comme les maladies cardiaques et les AVC

«Nous savons que le stress, en ayant de mauvais effets sur la biologie, conduit à de mauvais changements en matière de santé« , a déclaré M. Steptoe.
« Ce que nous pensons qui se passe est que le bonheur a l’effet inverse et a un effet protecteur sur ces mêmes voies biologiques« .

Que se produit-il dans nos cellules quand nous sommes heureux ?

La fréquence croissante et les effets débilitants des symptômes dépressifs, a motivé l’intensité dans la recherche des bases biologiques des troubles de l’humeur et des émotions négatives.
Cependant, l’important volume de recherches portant sur la physio-pathologie doit encore être complété par les résultat des recherches portant sur l’affect positif

Concrètement, ce nouveau domaine se concentre sur l’identification des facteurs et des effets divers que peuvent avoir les expériences et émotions subjectives positives, comme l’espoir, l’optimisme et la spiritualité

L’affect positif est un terme englobant différents composants, comme le bonheur, le contentement, la satisfaction de la vie, l’optimisme et le bien-être.

Il semble que les gens heureux qui sont très efficaces ont les mêmes habitudes . 

L’étude de la psychologie positive encourage de plus en plus de chercheurs à étudier un programme proactif de prévention des maladies en identifiant les attitudes et les traits de personnalité qui contribuent à l’humeur positive et à accroître la qualité de vie

Par exemple, les personnes heureuses, par rapport à des gens moins heureux, ont tendance à avoir un meilleur fonctionnement du système immunitaire, une réduction du risque de maladies cardio-vasculaires, et compte plus de mariage heureux et de travail satisfaisant.
Il est donc important de développer une compréhension plus profonde de l’effet positif en enquêtant sur son fondement biologique.
Plusieurs études ont commencé à enquêter sur les marqueurs biologiques potentiels de l’affect positif

Et ce sont les résultats de ces enquêtes, ainsi que pourquoi le bonheur ne peut pas être produit par un composé chimique, et bien plus encore, que je vous propose de découvrir dans la prochaine partie de cet article.

Bon week end  et à tout bientôt

Coeur-dialement

Valérie Madej


 

Partages
Rendez-vous sur Hellocoton !

Étiquettes : , ,
quanta-la-vie Copyright © 2013. All rights reserved.

Ecrit 1 août 2014 par Valerie Madej dans la catégorie "Développement personnel", "Épigénétique

2 COMMENTS :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.